Rechercher

Réponse au communiqué du 3 février de M. Montaugé dans la Dépêche : Romain Duport désire apporter quelques précisions à l'article référencé en objet

Marcel Lavedan

"Monsieur Montaugé dit s'opposer fermement à la fermeture des trésoreries dans le Gers. Or, ces fermetures ne sont que les conséquences logiques de ses votes au Sénat.

Le Directeur des Finances publiques du Gers ne ferme pas des trésoreries de gaieté de coeur. Il agit ainsi car, cette année comme toutes les autres depuis le début du quinquennat de Monsieur Hollande, les parlementaires votent des budgets en baisse. Ainsi, en 2016, plus de 2000 postes de fonctionnaires des Finances publiques ont été supprimés.

Dans le Gers, afin de respecter la volonté du gouvernement et plus largement des députés et des sénateurs de la majorité, le Directeur est donc obligé de rendre à l'Etat sa part de postes ce qui se traduit inévitablement par l'affaiblissement de services existants ou la fermeture de certaines trésoreries.

Monsieur Montaugé n'est donc pas le défenseur mais bien le fossoyeur des trésoreries. S'il voulait les défendre il fallait qu'il s'exprime au Sénat et non pas dans les colonnes d'un journal. Notre meilleure arme c'est le vote. Et pour être cohérent, celui de Monsieur Montaugé aurait dû être contre."

Romain Duport