Rechercher

 

dapeau Palenien Jean-Luc Mélenchon a pris des positions claires en faveur des droits du peuple Palestinien, contrairement à d’autres candidats comme Benoit Hamon dont les récentes prises de position ont choqué au sein du mouvement de solidarité avec la Palestine. Ces positions s’inscrivent dans une analyse globale en faveur d’une résolution pacifique des conflits politiques en faisant prévaloir la souveraineté des peuples du Monde entier.

A quelques semaines du premier tour, la France a une chance unique de voir accéder au pouvoir un président déterminé à agir pour les droits du peuple Palestinien, en rompant avec des années de soutien à des gouvernements israéliens qui dérivent de plus en plus à l’extrême-droite.

 

Dans le programme l’Avenir en Commun[1], Jean-Luc Mélenchon défend ainsi l’application pleine et entière des résolutions de l’O.N.U. qui prévoient notamment la création d’un Etat Palestinien viable dans les frontières de 1967 (avec Jérusalem Est pour capitale), et le droit au retour des réfugiés palestiniens expulsés en 1948, et qui se voient refuser depuis cette date le droit de revenir sur leur terre. Ce programme continue d’être enrichi par des contributions collectives plus détaillées au sein des livrets thématiques de la France insoumise, et s’inscrit dans une analyse géopolitique globale faisant prévaloir la souveraineté des peuples sur les intérêts économiques, militaires ou religieux des puissances impérialistes provoquant des guerres dans le Monde entier.

Ne nous y trompons pas : la tragédie actuelle en terre de Palestine ne concerne pas que les Palestiniens, mais l’humanité toute entière. En effet pour nous, le conflit en Palestine n’est certainement pas un conflit

religieux ou ethnique, mais un conflit colonial où un peuple a été injustement privé de ses droits fondamentaux depuis 1948, et qui ne pourra se résoudre que par l’application du droit international.

En réalité, la politique coloniale d’Israël n’est rendue possible que par le soutien que lui apportent les pays occidentaux, et notamment la France qui aurait un rôle crucial à jouer dans la résolution de ce conflit. C’est pourquoi des milliers de citoyens en France sont engagés dans les mouvements de soutien au peuple palestinien, et notamment la campagne pacifique « Boycott, Désinvestissements, Sanctions »[2] qui vise à faire pression sur Israel afin de contraindre cet Etat à respecter le droit international. La campagne BDS se fixe comme objectifs la fin de la colonisation et de l’occupation, l’égalité des droits pour les Palestiniens vivant en Israël, et l’application de la résolution 194[3] de l’O.N.U. sur le droit au retour des réfugiés palestiniens.

Or, les participants à cette campagne non-violente sont persécutés, et victimes de procès politiques notamment depuis la circulaire de Michèle Alliot-Marie en 2010 qui recommande aux procureurs de poursuivre les militants appelant au boycott de l’Etat d’Israël. De plus, ces actions de solidarité avec la Palestine sont systématiquement perturbées par les actions violentes de groupuscules de l’extrême-droite pro-israélienne, comme par exemple à Montreuil le 25 février dernier[4]. Les militants de la campagne BDS sont accusés à tort d’appel à la discrimination, alors qu’ils récusent formellement toute forme d’antisémitisme et comptent d’ailleurs dans leurs rangs des organisations comme l’Union Juive Française pour la Paix, qui dénonce sans ambages la politique coloniale menée par les gouvernements israéliens successifs.

Jean-Luc Mélenchon s’est engagé publiquement pour l’abrogation de la circulaire Alliot-Marie. Et la France insoumise est d’ailleurs la seule force politique de gauche à avoir répondu au questionnaire de la plate-forme des ONGs pour la Palestine[5] sur le sujet.

Ces positions tranchent singulièrement avec le soutien affiché au gouvernement israélien de François Fillon, Emmanuel Macron[6] et Marine Le Pen[7], ou encore les revirements d’un Benoit Hamon. Celui-ci a déclaré publiquement, au micro de Frédéric Haziza sur Radio J, qu’il était contre le boycott d’Israel qui serait selon lui « antisémite »[8] et «illégal »[9] en France, ce qui est faux. Cette position est indigne d’un candidat se réclamant de la gauche, dont les valeurs de justice et de paix ne sauraient souffrir d’aucune exception. Nous savons donc désormais que contrairement à ce qu’il avait pu laisser croire durant la campagne des primaires, Benoit Hamon soutient les politiques liberticides du gouvernement PS à l’encontre de citoyens pacifiques qui réclament simplement l’application du droit international et la fin du « deux poids, deux mesures ».

Les prises de positions claires et courageuses de Jean-Luc Mélenchon lui ont valu les foudres du CRIF, notamment lorsque son parti le Parti de Gauche a rejoint la campagne BDS en 2013[10]. Jean-Luc Mélenchon refuse d’ailleurs chaque année de participer au diner annuel de cette institution qui ne représente pas les Français juifs, et il avait répondu une bonne fois pour toutes aux gesticulations du CRIF en août 2014[11], peu après l’agression israélienne contre Gaza.

Le peuple palestinien, et plus généralement tous les défenseurs de la justice et du droit international, pourront donc compter sur un nouvel allié si Jean-Luc Mélenchon est élu à la tête de la France.

Le collectif Citoyens pour un Peuple souverain

Pour participer à notre groupe de travail sur la Palestine, contactez nous : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 


[1] https://laec.fr/section/61/agir-pour-une-paix-juste-et-durable-entre-israel-et-la-palestine

[2] https://www.bdsfrance.org/

[3] http://www.un.org/french/Depts/palestine/history2.shtml

[4] https://ensemblefdgmontreuil.wordpress.com/2017/03/05/communique-du-comite-montreuil-palestine/

[5]http://www.plateforme-palestine.org/IMG/pdf/ra_c_ponse_jlm2017_plateforme_des_ong_franapaises_pour_la_palestine_080217.pdf

[6] https://www.politis.fr/articles/2017/01/macron-fait-deja-allegeance-au-gouvernement-israelien-36205/

[7] http://www.lexpress.fr/actualite/politique/fn/comment-marine-le-pen-cherche-a-seduire-la-communaute-juive_1777887.html

[8] https://twitter.com/frhaz/status/848550096430137345

[9] https://twitter.com/frhaz/status/848541744119652353

[10] http://www.lemondejuif.info/2013/11/boycott-disrael-jean-luc-melenchon-pg-rejoignent-bds/

[11] https://www.youtube.com/watch?v=GZYM5fpsNL4