Rechercher


 

Bon, c’est bien joli les « affaires » Fillon et Le Pen mais pendant que les éditorialistes en font leurs choux gras, les parlementaires, manifestement pas concernés par ces délits (ah merde ! la présomption d’innocence !) ont profité d’une proposition de loi pour arranger à leur sauce les délits financiers à venir.

Au départ, la proposition de loi déposée par Alain Tourret (PRG) et Georges Fenech (LR) avait de la gueule : « ce texte double les délais de prescription pour les crimes et délits. Le délai de prescription d’un délit passe donc de 3 ans à 6 ans et celui d’un crime de 10 ans à 20 ans… » (Anticor 16/02). Ouais, mais faut croire qu’il existe délit et… délit !

« J’ai un petit amendement à proposer » aurait dit notre socialiste ministre de la justice Jean-Jacques Urvoas, le 13 octobre 2016 lors de l’examen du texte au Sénat (Mediapart).

Melenchon Hamon

  • 16 févr. 2017  Par Les invités de Mediapart
Plusieurs membres du mouvement Ensemble! souhaitent ici « clarifi(er) les choses pour des élections présidentielles et législatives». «Comment croire que Hamon pourra mener la politique qu’il propose alors que sur les 394 candidat·e·s investi·e·s par le PS, 64% ont une position sociale libérale, 21% indéterminée et seulement 10% en accord avec lui !», relèvent-ils.
 

Dans un chant qui fit, il y a déjà quelques décennies, le tour du monde, Bob Dylan, récent Prix Nobel de littérature, l’annonçait de façon prémonitoire : « Les temps changent ». Rappelons quelques paroles : « Si vous n’avancez pas, vous serez dépassés, car les fenêtres craquent et les murs vont tomber, c’est la grande bataille qui va se livrer car le monde et les temps changent ». N’y sommes-nous pas ?

Modestement, il y a presque un an déjà, des camarades d’Ensemble ! Mouvement pour une alternative sociale et écologique ont pris la décision de faire campagne commune avec Jean-Luc Mélenchon et de rejoindre les collectifs citoyens de France Insoumise.

Mesurons le chemin parcouru. Du côté des militant-·e-·s d’Ensemble tout d’abord. Il aura fallu surmonter hésitations et attentisme, mais cet automne plus de 70 % des militant-·e-·s se sont prononcé-·e-·s en faveur de la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Mais à nos yeux, le plus important du chemin se situe du côté des très nombreux collectifs qui se développent sur tous les territoires. Outre la cohérence politique d’un programme - L'Avenir en commun - et d’une stratégie - la révolution citoyenne - situés à hauteur des enjeux, c’est bien la dynamique citoyenne de ces collectifs qui constitue la véritable richesse, le véritable potentiel, la véritable nouveauté de la France insoumise.

 

Lire la suite sur le blog du club Médiapart (lecture gratuite)

Comercio Canada Union Europea EconomiaAlors qu'on est, à juste titre, scandilisés par le "Penelope Gate" ou " l'affaire Théo" – le Parlement européen a ratifié mercredi dernier le CETA (Accord de libre-échange entre l'UE et le Canada). Hormis Jean Luc Mélenchon qui nous en a parlé à de nombreuses reprises, en nous avertissant des dangers et des régressions qu'il entraînerait, les médias se sont bien gardés d'en parler et de présenter ces dangers au téléspectateur ou auditeur moyen.

Tout est bidon dans le Macron !

Cette vidéo montre la mise en scène des meetings de Macron avec documents "fuités" provenant de l'équipe de campagne., et démasque la gigantesque escroquerie médiatico-financière que constitue le prétendu "phénomène Macron".


Les organisateurs des "meetings Macron", qui semblent disposer de ressources financières illimitées, ont recours à toutes les dernières techniques manipulatoires pour en donner l'image d'un prétendu "succès".
Or, comme le décortique cette vidéo, l'ambiance de ces réunions publiques (d'ailleurs rares : une toutes les trois semaines en moyenne) y est complètement fausse et préfabriquée.

On y voit que le public se scinde en deux :
- d'une part, le grand public - venu sous l'effet d'une promotion médiatique colossale - qui semble se demander ce qu'il est venu faire là, et qui reste très majoritairement dubitatif, sceptique et indifférent face au discours grandiloquent, ridicule et creux de Macron.
- d'autre part, quelques dizaines de "fans" et de "helpers", auxquels sont distribués drapeaux, T-shirts, et surtout des instructions en direct par smartphones, afin de "chauffer" artificiellement la salle.

Les instructions, qui sont envoyées minute après minute sur les portables par les organisateurs, indiquent à ces quelques dizaines de figurants les moments où ils doivent applaudir, hurler tel ou tel slogan, agiter les drapeaux, etc.
Pour parachever la manipulation, les caméras de télévision s'attardent sur cette seule partie du "public", en faisant croire qu'il s'agirait de la réaction générale de toute la salle !

Enfin, en "remerciement" de leur rôle de figurants, les "fans" et les "helpers" sont ensuite invités gratuitement à passer une soirée dans une boîte de nuit...


La vidéo a aussi le mérite d'écrire noir sur blanc plusieurs passages du texte des discours de Macron: jouant sur le sentimental et l'affectif, les phrases que Macron débite ne sont qu'un alignement de slogans, totalement vides du moindre raisonnement et du moindre programme construit.

 

 

 

Mercredi 15 janvier à 19h00, Jean-Luc Mélenchon était en réunion publique à Strasbourg devant plus de 4500 personnes. Il a en particulier parlé de l'affaire Théo et de la police dans notre pays avant d'expliquer pourquoi l'adoption du CETA (accord de libre-échange UE-Canada) allait avoir des conséquences dramatiques en matière sociale et environnementale.

Soirée-débat du jeudi 2 février 2017 au centre Jean Lurçat à Montreuil

  Intervenants :

 

Djordjé Kuzmanovic, responsable géopolitique de la France insoumise, pour présenter les propositions de Jean-Luc Mélenchon pour l'ONU

Frédéric Martin pour présenter la position des insoumis sur la Russie

Ramzi Kebaili 'organisateur) pour présenter la position des insoumis sur la Syrie.

 

Visionner la vidéo 

Par Jean Luc Mélenchon, le 9 février 2017  (source)

 

Dimanche dernier le journal « Le Parisien » m’accordait une large surface d’expression et sa une. Je crois utile de donner à lire à ceux qui auraient manqué cette parution quelques-unes des questions et des réponses de cet entretien. Je reformate pour cela des extraits que j’assemble pour mes lecteurs.

Après avoir lu l’excellent billet de Jean-Luc Mélenchon (« Le téléphone rose n’a pas sonné ») nous pensons que vous serez aussi intéressé(e)s que nous par ce bon billet d’une militante Insoumise ! Il reflète bien notre position quant aux manœuvres d’intimidation du PS, des médias et de quelques-uns d’entre nous qui se demandent pourquoi nous ne courons pas après des combines d’appareil avec le PS et EELV.

 Voici ce billet :

 

Jeudi 9 février 2017

 

En préambule à ce qui suit, notez que cet article ne reflète que mon avis personnel, qu’il n’a pas prétention à être autre chose qu’une contribution portée au débat pour ceux qui le liront. À ce titre il n’engage donc que moi

 

Laure Zudas

  

 Ainsi le voilà revenu le temps du “dialogue” et du “grand rassemblement de la gauche”, cette Arlésienne qui refait surface à chaque élection, aussi ponctuelle qu'un coucou Suisse. Et l'on voit donc fleurir, très en avance sur le printemps, des pétitions et des tribunes qui en appellent à notre responsabilité, agitent l'épouvantail FN, prophétisent la mort de la gauche, s’effraient d’un risque majeur pour la France, etc...

 

Entendez-vous, discutez entre-vous, rassemblez-vous”, nous dit-on sur tous les tons.

 

Jeudi 9 février 2017

Crédits photo : Marion Germa (Wikimedia Commons - CC)

Je ne lui en veux pas. Benoît Hamon n’a pas eu le temps de me téléphoner depuis sa victoire contre Valls. Pourtant il disait dans sa campagne qu’il me contacterait dès le lendemain du vote interne au PS. De toute façon, je suis à la campagne cette semaine. Je ne lui en veux pas car j’aurai mal pris d’être calé entre un rendez vous chez Cazeneuve, un autre chez Hollande ou bien juste derrière sa rencontre avec le groupe des parlementaires PS, à qui il fut dit que la démarche vers moi est essentiellement destinée a me marginaliser. Je préfère cette pause dans les postures car l’image serait très brouillée et négative pour moi si je figurais dans une telle série. En effet, un nombre considérable de gens ne supportent plus l’idée de voter PS, quel que soit l’emballage. Un nombre remarquable de gens n’ont aucune envie de se faire faire une deuxième fois le coup du Bourget ou de « la renégociation du traité européen » ! Ces personnes savent avec quel aplomb un candidat PS peut mentir sur les sujets essentiels et tromper tout le monde sans vergogne. On a payé pour voir !

Réunion des insoumis(es) de la première circonscription du Gers

Le 1er février au café El sol à Auch

 

Présents : Isabelle ARTUS, Cédric BOURREL, Marie-Carmelle BROUSSY, Sophie BUYS (candidate suppléante), Isabelle CHOQUER, Emmanuel DAUPLE, Christian DESBOIS, Sandrine HIGUE, Pascal PENETRO (candidat titulaire), Paul PENETRO, Dominique POLETTI, Michèle SORBADERE.

 

Excusés : Julien MILANESI.

 

Ordre du jour : mettre en place une équipe de campagne ; définir le calendrier des actions à venir, notamment pour le mois de février ; réfléchir à la coordination entre les différents groupes.

 

 

Points débattus :

 

Alors que la Ve République traverse la plus grosse et la plus longue tempête politique de son histoire, le week-end du 5 février a ramené le débat public à sa réalité matérielle. Celle du nombre de personnes qui s'intéressent concrètement aux campagnes des différents candidats à l'élection présidentielle, au-delà des apparences médiatiques et sondagières. La France insoumise a une nouvelle fois montré le visage du grand nombre. Dans les salles, avec plus de 18 000 personnes entre Lyon et Paris. Alors que Macron réunissait une dizaine de milliers de personnes et Le Pen quelques milliers.

Réunion des insoumis(es) – Groupe d’appui d’Auch

Le 1er février au café El sol à Auch

 

10 Présents : Michelle Sorbadère, Sophie Buys, Isabelle Artus, Gérard Castéra, Marica Broussy, Tristan Malvezin, Marius Loison, Julien Jacotot, Emelie Hobbelman, Dominique Poletti.

 

1.  Réorganisation du groupe d'appui

 

Suite à une demande du national afin d'affiner le maillage et d'avoir de petits groupes d'appui où les gens se connaissent, nous allons scinder le groupe d'appui actuel. Chaque groupe sera indépendant et autonome mais cela ne doit pas empêcher la collaboration et l’organisation d’événements, de réunions ou d’actions en commun si on le souhaite.

 

Si vous êtes intéressés pour animer ou co animer l'un de ces groupes d'appui, n'hésitez pas à vous faire connaître.

 

 

Notes
[F.E] fermeture de l'école

[F.C] fermeture d’1 classe

 Source: https://tinyurl.com/haq734k

 

FERMETURES :

 

·       Maternelles

 

v AUCH St Exupéry,

v FLEURANCE La Croutz

v LECTOURE

 

·       fermeture d’un poste et ouverture d’un dispositif d’accueil des moins de 3 ans, à moyen constant (ces 3 écoles maternelles apparaissent donc aussi dans les mesures d’ouvertures) 
AUCH G. Coulonges PEMF (confirmation de la fermeture provisoire, transformation en adjoint classique)

 

 

Réponse au communiqué du 3 février de M. Montaugé dans la Dépêche : Romain Duport désire apporter quelques précisions à l'article référencé en objet

Marcel Lavedan

"Monsieur Montaugé dit s'opposer fermement à la fermeture des trésoreries dans le Gers. Or, ces fermetures ne sont que les conséquences logiques de ses votes au Sénat.

Le Directeur des Finances publiques du Gers ne ferme pas des trésoreries de gaieté de coeur. Il agit ainsi car, cette année comme toutes les autres depuis le début du quinquennat de Monsieur Hollande, les parlementaires votent des budgets en baisse. Ainsi, en 2016, plus de 2000 postes de fonctionnaires des Finances publiques ont été supprimés.

 Lors du groupe de travail du 26 janvier, la DASEN a présenté aux délégué(e)s des personnels (SNUipp/FSU et SE/UNSA que nous remercions pour leurs informations) ses orientations en matière d’ouvertures/fermetures de classes ou d'écoles.

Elle présentera son projet officiel de carte scolaire le 2 février au matin lors du Comité Technique Spécial Départemental.